Rechercher

DECLARATION CONJOINTE DU A3 SUR LA SITUATION AU SOUDAN / SUD SOUDAN

Séance d’information du Conseil de sécurité

sur la Force Intérimaire de Sécurité

des Nations Unies pour Abyei



Déclaration conjointe

de son Excellence Michel Xavier BIANG,

Ambassadeur, Représentant Permanent au nom des A3

21 Avril 2022


Madame la Présidente,


1. J’ai l’honneur de faire cette déclaration au nom des A3 : Le Ghana, le Kenya et le Gabon.


2. Je remercie Mme Hannah Tetteh, Envoyée spéciale pour la Corne de l’Afrique et leSecrétaire général adjoint Jean-Pierre Lacroix pour leurs exposés.


3. Notre présentation portera sur les situations politique, sécuritaire et humanitaire.


Madame la Présidente,


4. Les A3 notent avec intérêt le renforcement continu des relations entre le Soudan et le Soudan du Sud, ce qui devrait contribuer à résoudre les questions en suspens y compris la question d’Abyei.


5. En effet, l’absence d’institutions administratives fortes, notamment en termes de sécurité et de justice, fragilise durablement ce territoire.


6. Les A3 invitent instamment à la reprise du dialogue entre le Soudan et le Soudan du Sud en vue de l’accélération de la mise en œuvre de l’Accord sur les arrangements temporaires administratifs et sécuritaires dans la région d’Abyei, en privilégiant l’intérêt des populations.


7. Nous appelons les parties à mettre en œuvre les recommandations et les conclusions des réunions du Mécanisme politique et de sécurité conjoint (JPSM) et du Comité conjoint de surveillance d’Abyei (AJOC).


8. Les A3 réitèrent en outre, la nécessité pour le Soudan et le Soudan du Sud de se réunir régulièrement et de participer activement au JPSM, indispensable pour apaiser les tensions et promouvoir le dialogue.


9. Nous saluons les efforts de la FISNUA qui ont permis l’organisation du dialogue intercommunautaire sur la paix, et encouragé la participation des femmes et des jeunes aussi bien dans les sphères administratives, institutionnelles que dans le processus politique.


10. Plus de dix ans après la création de la FISNUA, il nous parait impérieux de définir le statut final d’Abyei en tenant compte des attentes des populations. Le rôle de facilitation du Haut panel de mise en œuvre de l’Union Africaine et l’appui de la communauté internationale demeurent essentiels à cet égard.


Madame la Présidente,


11. Sur le plan sécuritaire, les A3 sont profondément préoccupés par la résurgence de la violence armée et des affrontements intercommunautaires à Abyei. Nous condamnons fermement ces violences survenues notamment dans le nord-est entre les communautés Misseriya et Ngok Dinka. Ces attaques, ainsi que celles qui ont eu lieu à Kolom, Mabok et Dunguop, doivent faire l’objet d’enquêtes et les responsables jugés.


12.Les A3 appellent toutes les parties à ne prendre aucune mesure susceptible d’exacerber les tensions. Nous les exhortons à faire preuve de la plus grande retenue et à cesser toutes les activités hostiles qui pourraient entraîner des conséquences déplorables sur les populations locales.


13.Concernant la situation humanitaire, nous sommes préoccupés par les difficultés auxquels sont confrontés les populations d’Abyei, notamment l’accès limité aux services de base. A cet égard, le Programme conjoint en faveur d’Abyei mis en place par les équipes pays du Soudan et du Soudan du Sud mérite d’être salué. La finalisation des projets visant le rétablissement des prestations des services y compris l’accès à l’eau, la santé, à l’éducation, à la communication et aux infrastructures de base, est crucial pour améliorer les conditions de vie des populations.


14.Les A3 soulignent également la nécessité de renforcer l’aide humanitaire. Nous condamnons avec la plus grande fermeté les attaques armées contre le personnel et les travailleurs humanitaires de la FISNUA. Nous exprimons nos sincères condoléances aux familles des travailleurs humanitaires décédés à Abyei, appelons à des enquêtes urgentes pour que les auteurs répondent de leurs actes. Toutes les mesures doivent être prises pour assurer la protection des travailleurs humanitaires et un accès humanitaire sans entrave.


15.Nous exhortons en outre les deux pays à respecter pleinement l’accord sur le statut des forces et à faciliter rapidement les mesures administratives demandées pour la mise en œuvre du mandat de la FISNUA, y compris le Mécanisme conjoint de vérification et de surveillance des frontières (JBVMM) et son redéploiement, le cas échéant.


Madame la Présidente,


16.Nous rendons un hommage appuyé au personnel de l’UNISFA, qui exécute son mandat en dépit des conditions difficiles. Le contingent éthiopien dont le mandat a pris fin récemment mérite d’être salué pour son engagement à Abyei. Nous saluons l’arrivée de nouveaux pays contributeurs de troupes.


17. Les partenaires internationaux, en particulier l’Union Africaine et l’ONU doivent résolument s’engager diplomatiquement et politiquement et appuyer des efforts de dialogue entre le Soudan et le Soudan du Sud.


18. Nous restons convaincus que la réalisation du statut final d’Abyei est la clé d’un retrait concerté et coordonné de la FISNUA. À cet égard, nous appelons les autorités à intensifier leurs consultations pour progresser dans la réalisation des 7 indicateurs.


19.En conclusion, Madame la Présidente, nous réitérons notre plein appui à l’Envoyé spécial pour la Corne de l’Afrique, à la FISNUA, à l’Union Africaine, à l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) et à toutes les parties prenantes pour leurs efforts sur le terrain en vue de trouver une solution politique au statut d’Abyei.


Je vous remercie.


{{count, number}} vue{{count, number}} commentaire